25 Mai 2011

Cinéma québécois et canadien à la Cinémathèque québécoise cet été : entre hommages et célébrations

Montréal, le 25 mai 2011

Cet été, la Cinémathèque québécoise présente un hommage à l’actrice, dramaturge, militante féministe et réalisatrice Luce Guilbeault sur grand écran et en photos, deux programmes de courts métrages d’anciens élèves de l’École de cinéma de l’Université Concordia, devenus cinéastes réputés, un chef-d’oeuvre du cinéma expérimental de Michael Snow réalisé en 1971, un programme spécial à l’occasion de la Fête nationale du Québec et, en collaboration avec Fantasia, un hommage à la compagnie de distribution et de production Cinepix, qui fut l’une des pionnières du cinéma de genre au Québec.

Luce Guilbeault, l’inoubliable – du 3 au 23 juin
Celle qui a marqué de façon notoire l’histoire de notre cinéma était une actrice immense. C’était aussi une dramaturge, une « entreprenante culturelle », une militante féministe et une réalisatrice de documentaires. Luce Guilbeault a disparu, il y a vingt ans. La Cinémathèque lui rend hommage en présentant certains classiques de Poirier, Carrière, Godbout et Arcand qu’elle a marqués de son talent, des documentaires sur elle, tous les films qu’elle a réalisés et des raretés comme une rencontre inédite avec Simone de Beauvoir et le film de son amie Delphine Seyrig, Sois belle et tais-toi, où elle apparaît.

35 ans de l’École de cinéma Mel Hoppenheim - mercredi 8 juin
La notoriété de l’École de cinéma Mel Hoppenheim de l’Université Concordia n’est plus à faire. Pour souligner ses 35 ans, elle nous offre, à 18 h 30 et à 20 h 30, deux programmes de courts métrages réalisés par des anciens élèves du programme Film Production, devenus cinéastes réputés. La séance de 20 h 30 aura lieu en présence des cinéastes.

La Région Centrale – dimanche 12 juin
Il y a quarante ans, Michael Snow a créé La Région centrale, considéré comme un chefd'oeuvre du cinéma expérimental canadien. Le film a été réalisé en plaçant une caméra sur un dispositif articulé commandé par ordinateur, rendant possibles toutes sortes de mouvements complexes de la caméra, au coeur d’un paysage dénudé du Labrador québécois. Au moment de sa sortie, le film accompagnait aussi les aventures de l'homme sur la lune, reprenant d’une curieuse façon une imagerie de monde désolé. La Région centrale, c'était aussi une performance de la part des spectateurs, alors confrontés au jeu extrême d’une contemplation, imposée par le réalisateur mais contrainte par la caméra robot et ses bruits, et où le fait même de se laisser porter durant 190 minutes faisait partie de l'oeuvre.

Le Petit discours du fauteuil, suivi de Le discours de l’armoire – jeudi 23 juin
Tourné en 2007, le film Petit discours du fauteuil nous amène dans l’univers intime du rembourreur Maurice Richard. Tandis qu’il restaure le vieux fauteuil de la tante du cinéaste Vincent Guignard, il se livre à ce dernier. Devant la caméra, le rembourreur s’exprime sur son travail et sur la vie en général; il partage son quotidien, ses récits, ses réflexions et ses rêves. Dans Le discours de l’armoire, réalisé en 1978, Louis Lebeau, menuisier, s’ouvre à Bernard Gosselin à propos de son existence, de la politique, de son pays et de ses croyances en l'avenir. Ces deux films dialoguent dans le temps : trente ans les séparent. Ils portent un titre presque similaire, traitent du même sujet, celui de la parole d’un homme trop facilement rangé dans la catégorie des manuels mais dont les propos touchent et nous font réfléchir à la façon de ceux des grands intellectuels. La projection des deux films se fera en présence du cinéaste Vincent Guignard.

Fantasia – Du 14 au 31 juillet
Dans le cadre de l’hommage rendu à Cinepix par Fantasia, la Cinémathèque présente quatre films de cette compagnie de distribution et de production qui fut l’une des pionnières du cinéma de genre au Québec. On lui doit de célèbres comédies érotiques, mais aussi la distribution de Gina de Denys Arcand ou de Death Weekend de William Fruet, ainsi que de nombreux films étrangers dont Les Lèvres rouges, film de vampire mettant en vedette Danielle Ouimet et Delphine Seyrig. Vous pourrez, de plus, redécouvrir deux films « cultes et insolites » : Panique de Jean-Claude Lord, thriller écologique avant l’heure, et Mustang, suspense country de Marcel Lefebvre et Yves Gélinas. Quelques
films de la sélection officielle de Fantasia seront aussi présentés dans nos salles.

Expositions et événements spéciaux

Luce Guilbeault, une expo photo – du 1er juin au 26 août
Un déploiement de magnifiques portraits intimes signés Guy Borremans accompagne d’autres photographies dévoilant Luce Guilbeault en famille, au travail ou lors d’événements publics à diverses époques de sa vie. Foyer Luce-Guilbeault, entrée libre.

Dazibao en résidence : installation BARDA – du 2 au 26 juin
Récipiendaire de la bourse PRIM-Dazibao 2010-2011, Frédéric Lavoie présente trois oeuvres inédites qui prolongent ses recherches autour des relations de sens entre l’audible et le visible. Frédéric Lavoie détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de
l’UQÀM. Son travail a été présenté en galerie et dans plusieurs manifestations vidéo internationales. Salle Norman-McLaren, entrée libre.

Pour tous les détails sur la programmation : cinematheque.qc.ca.
La Cinémathèque québécoise est le musée de l'image en mouvement, à Montréal. Organisme à but non
lucratif, la Cinémathèque est un lieu de diffusion dont la mission est de collectionner, conserver, documenter
et interpréter des oeuvres du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias afin de les mettre en valeur
dans une perspective historique, artistique et pédagogique.
                                                                           - 30 –
Contact : Marie-Claude Lépine, attachée de presse et de promotion
514 842.9768 poste 255  mclepine@cinematheque.qc.ca
Cinémathèque québécoise
335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM)