22 Novembre 2010

En décembre, la Cinémathèque québécoise présente 11 grandes trilogies de l’histoire du cinéma

Montréal, le 22 novembre 2010 – Pour terminer l’année en beauté, la Cinémathèque québécoise propose une programmation venue des quatre coins du monde, avec un cycle consacré à onze trilogies internationales et un festival itinérant mettant en vedette la nouvelle génération de cinéastes indiens.

Onze grandes trilogies de l’histoire du cinéma

Du 8 au 23 décembre, le cycle intitulé « Onze grandes trilogies de l’histoire du cinéma » propose une rétrospective d’œuvres en trois volets, des années 1930 à aujourd’hui. C’est le cinéaste québécois Bernard Émond qui ouvre le bal avec sa trilogie théologale, présentée de cette façon pour la première fois au Québec : La Neuvaine, Contre toute espérance et La Donation. À cette occasion, le public pourra rencontrer l’actrice Élise Guilbault le 8 décembre et Bernard Émond les 15 et 22 décembre. Le cycle se poursuivra avec la projection de la trilogie Red Riding, de James Ellroy, les mercredis 8, 15 et 22 décembre. Maxime, la trilogie magistrale du tandem russe Kozintsev-Trauberg, sera présentée les 9 et 10 décembre. Le cinéma d’animation du Britannique Phil Mulloy sera en vedette le 10 décembre. La Cinémathèque propose un tour en Corée avec le réalisateur Park Chan Wook et sa trilogie de la vengeance, le samedi 11 décembre. Le Danemark sera aussi à l’honneur avec la trilogie de Lars Von Trier, les 16, 17 et 19 décembre, et le sud de la France ne sera pas en reste avec la présentation de la trilogie marseillaise inspirée de Pagnol : Marius, Fanny et César, les jeudis 9, 16 et 23 décembre. Deux grandes trilogies des années 1950 seront également au programme : la trilogie d’Apu, du cinéaste indien Satyajit Ray, présentée les mercredis 9, 16 et 23 décembre et La Condition de l’homme, du Japonais Masaki Kobayashi, projetée les 12, 17 et 19 décembre. La trilogie Trois Couleurs du Polonais Krzysztof Kieslowski, présentée les mercredis 8, 15 et 22 décembre ainsi que le tryptique du Belge Lucas Belvaux, projeté le 18 décembre, complètent la programmation de ce cycle.

La nouvelle génération de cinéastes indiens Du 9 au 23 décembre, la Cinémathèque propose « L’indiscrète », un festival mettant en vedette dix courts métrages de fiction, animations et documentaires produits dans les meilleures écoles de cinéma et de média de l’Inde. Les œuvres sont toutes sous-titrées en français.

Pour tous les détails sur la programmation : cinematheque.qc.ca.

La Cinémathèque québécoise est le musée de l'image en mouvement, à Montréal. Organisme à but non lucratif, la Cinémathèque est un lieu de diffusion dont la mission est de collectionner, conserver, documenter et interpréter des œuvres du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias afin de les mettre en valeur dans une perspective historique, artistique et pédagogique.

- 30 –

Contact : Marie-Claude Lépine, Attachée de presse et de promotion
514 842.9768 poste 255  mclepine@cinematheque.qc.ca
Cinémathèque québécoise
335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM).