17 Septembre 2009

Jane Campion, la fascination de l’étrangeté

La Cinémathèque québécoise présente Jane Campion, la fascination de l’étrangeté dans le cadre de la 38 ème édition du Festival du nouveau cinéma
Avant-première québécoise de Bright Star en collaboration avec TVA Films

Montréal, le 17 septembre 2009 – La Cinémathèque québécoise présente, en collaboration avec le Festival du nouveau cinéma, une rétrospective majeure de l’œuvre de la cinéaste néo-zélandaise Jane Campion, du 8 au 17 octobre prochain. La Cinémathèque remettra également le Grand Prix Focus pour une deuxième année consécutive dans le cadre du FNC. De plus, Bright Star, le dernier opus de Campion, fera l’objet d’une avant-première québécoise, à la Cinémathèque le 21 septembre, grâce à l’aimable collaboration de TVA Films.

Le cycle Jane Campion, la fascination de l’étrangeté, permettra aux cinéphiles de visionner sur grand écran les films de cette exploratrice de l’énigme féminine. Rare réalisatrice à bénéficier d’une reconnaissance internationale, Jane Campion surprend autant les cinéphiles que le grand public. À travers ses mises en scène parsemées de romantisme et dénuées de sentimentalité, elle expose les profondeurs de personnages marginaux. Dans l’univers de Campion, les femmes émanent une sensualité provoquant une forte identification chez le spectateur tout en agissant sur nous comme un détonateur émotionnel, sous une toile narrative empreinte de suspense.

Il faut voir ou revoir son premier long métrage, Sweetie, remarqué par la critique à Cannes en 1989, qui transgresse les lois de la narration en dévoilant une Sweetie obèse et atypique. Rappelons-nous aussi d’Un Ange à ma table (1990), primé au Festival de Venise, où Campion traite de la vie tragique de la jeune romancière Janet Frame, en dépeignant les traits d’une femme en marge qui brise les conventions, tout en rendant hommage aux verts paysages de son pays. Et quoi dire du troublant Holy Smoke (1999), qui porte sur l’obsession spirituelle et sexuelle, interprété sans pudeur par Kate Winslet et Harvey Keitel.

Fière d’encourager le cinéma d’ici, la Cinémathèque québécoise remettra le Grand Prix Focus au meilleur long métrage de cinéma québécois ou canadien programmé dans la section Focus du Festival du nouveau cinéma. Ce prix, d’une valeur de 5000 $, vise à soutenir la création cinématographique nationale en offrant une bourse de 1500 $, la mise à disposition d’espaces de la Cinémathèque, l’intégration du film gagnant à la programmation de la Cinémathèque et une carte Ciné-Maniaque.

Avant-première québécoise de Bright Star Bright Star, présenté à Cannes au printemps dernier, sera projeté en primeur le lundi 21 septembre à 18 h 30. Ce film qui touche la poésie et la quête d’absolu, illustre la rencontre entre le poète John Keats, figure de proue de l’école romantique anglaise, et de son amoureuse Fanny Browne. Les billets sont disponibles dès maintenant au coût de 10 $ à la billetterie de la Cinémathèque.

Pour tous les détails sur la programmation : www.cinematheque.qc.ca.

La Cinémathèque québécoise est le musée de l'image en mouvement, à Montréal. Organisme à but non lucratif, la Cinémathèque est un lieu de diffusion dont la mission est de collectionner, conserver, documenter et interpréter des œuvres du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias afin de les mettre en valeur dans une perspective historique, artistique et pédagogique.

- 30 -

Contact : Julie Rainville, Attachée de presse et de promotion
514 842.9768 poste 255  jrainville@cinematheque.qc.ca Cinémathèque québécoise  335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM).