18 Avril 2011

À la Cinémathèque québécoise ce printemps : des documentaires québécois et canadiens engagés et un retour sur le parcours du cinéaste Philippe Lesage

Montréal, le 18 avril 2011 – En avril et en mai, la Cinémathèque québécoise met en vedette le documentaire québécois et canadien, avec un survol de 40 ans d’œuvres aventureuses et engagées produites par InformAction, l’une des premières sociétés de production de documentaires au Canada, et un retour à rebours sur le parcours de Philippe Lesage, dont le film Ce cœur qui bat s’est mérité le Prix de la Cinémathèque québécoise pour la meilleure œuvre québécoise-canadienne lors des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) en 2010. 40 ans d’InformAction – Les mercredis 27 avril, 18 et 25 mai La notion de films d’auteur a toujours été au cœur des préoccupations d’InformAction, l’une des premières sociétés de production à ne s’être consacrée qu’au documentaire au Canada. Il en va de même pour l’engagement politique et social, la défense des droits de l’homme et l’ouverture sur l’étranger. Pour souligner les 40 ans d’InformAction, la Cinémathèque lui consacre trois séances thématiques qui célébreront la diversité de ses engagements et l’ampleur de son rayonnement : L’Afrique d’InformAction, le mercredi 27 avril à 18 h 30, Montréal en deux tableaux, le mercredi 18 mai à 18 h 30 et Questions d’identité, le 25 mai à 18 h 30. La première séance, L’Afrique d’InformAction, regroupe le film Anyanya, d’Alain D’Aix et Morgane Laliberté, qui porte sur une guerre oubliée qui a fait rage durant presque 50 ans dans le Sud-Soudan, et le film Mercenaires en quête d’auteur, d’Alain d'Aix, Jean-Claude Bürger et Morgane Laliberté, qui montre bien comment, de la fiction romanesque ou cinématographique à la terrible réalité des corps mercenaires, la violence instituée participe à l’imaginaire culturel du monde occidental et perpétue des injustices et des guerres à la surface de la planète. Lors de la seconde séance, Montréal en deux tableaux, la Cinémathèque présentera De mémoire de chats - les ruelles de Manon Barbeau, qui s’intéresse au phénomène urbanistique typiquement montréalais qu’est celui des ruelles. Avec Vues de l’Est, la réalisatrice Carole Laganière s’attache pour sa part aux jeunes d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier de Montréal où sont donnés comme perdants les enfants « avant même qu’ils ne poussent leur premier cri ». La troisième séance regroupera le film Sans réserve de Patrick Pellegrino, portant sur les Algonquins de Kitcisakik en Abitibi qui ont longtemps refusé l’obligation de vivre sur une réserve, et le film Le génocide en moi, de la jeune cinéaste Araz Artinian, qui raconte l’impact du génocide arménien de 1915 sur sa vie. Découvrir Lesage – Du 4 au 6 mai En trois œuvres, dont deux présentées en premières mondiales, découvrez le cinéma d’observation sociale de Philippe Lesage, lauréat du Prix de la Cinémathèque québécoise pour la meilleure œuvre québécoise/canadienne lors des RIDM en 2010 pour son plus récent long métrage documentaire, Ce cœur qui bat. La Cinémathèque présente, sous forme de triptyque à rebours, Ce cœur qui bat, le 4 mai à 18 h 30, puis les deux premiers documentaires du cinéaste, Comment savoir si les petits poissons sont heureux ?, le 5 mai à 18 h 30, et Pouvons-nous vivre ensemble ?, le 6 mai à 18 h 30. Tous les films seront projetés en présence du réalisateur. Pour tous les détails sur la programmation : cinematheque.qc.ca. La Cinémathèque québécoise est le musée de l'image en mouvement, à Montréal. Organisme à but non lucratif, la Cinémathèque est un lieu de diffusion dont la mission est de collectionner, conserver, documenter et interpréter des œuvres du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias afin de les mettre en valeur dans une perspective historique, artistique et pédagogique. - 30 – Contact : Marie-Claude Lépine, attachée de presse et de promotion 514 842.9768 poste 255 mclepine@cinematheque.qc.ca Cinémathèque québécoise 335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM)