20 Mai 2010

La Cinémathèque se souvient du festival du film de Montréal (FIFM)

FLASHBACK SUR LE FESTIVAL, DU 2 AU 18 JUIN

Montréal, le 20 mai 2010 – La Cinémathèque québécoise présente, en collaboration avec la revue Hors Champ, Flashback sur le Festival International du Film de Montréal (FIFM), du 2 au 18 juin, en hommage au festival qui a animé l’écran du cinéma Loews de 1960 à 1967. Cette programmation de 20 séances se compose de courts et longs métrages projetés dans leur version originale dans la salle Claude-Jutra. Malgré sa brève existence, le FIFM est un événement culturel qui a laissé des traces dans le paysage cinématographique québécois et montréalais.

Tous les films sont puisés dans la riche collection de la Cinémathèque et ont été proposés, pour la plupart, par Rock Demers et Robert Daudelin, deux importants organisateurs du FIFM. La programmation éclectique, conçue en collaboration avec Antoine Godin, chercheur et coéditeur de la revue Hors champ, offre une multitude d’œuvres des années 1960 provenant du monde entier, en passant par Bandits of Orgosolo (Vittorio De Seta, Italie), La Passagère (Andrzej Munk, Pologne), Le Déjeuner sur l’herbe (Jean Renoir, France), Changer de vie (Paulo Rocha, Portugal), Le Monde D’Apu (Satyajit Ray, Inde), La Femme des dunes (Hiroshi Teshigahara, Japon), L’Ange exterminateur (Luis Buñuel, Mexique), Bonnie and Clyde (Arthur Penn, ÉtatsUnis), et ce, tout en accordant une place de choix au cinéma québécois avec des oeuvres de Pierre Patry, Jacques Leduc et Claude Fournier. À ce programme s’ajoutent une sélection internationale de courts films tirés du Concours Terre des Hommes, lancé par le festival en 1967, ainsi qu’une exposition des huit affiches du festival.

Né en 1960, ce premier festival du cinéma à Montréal avait la volonté de briser la censure religieuse et d’entraîner la distribution d’un plus large éventail de films. Ces dix jours de festival avaient lieu au cinéma Loews et, le soir venu, spectateurs, acteurs, réalisateurs, critiques, journalistes et membres du jury se retrouvaient « pour fumer une Rothmans au Kino-Club », comme l’indique une publicité parue dans un programme de l’époque. Des personnalités de l’envergure de Claude Jutra, de Jean-Luc Godard et de Jack Nicholson ont assisté à l’événement. Après huit années d’existence, le FIFM atteint son apogée à l’Exposition universelle de Montréal et disparaît en 1967. Le Festival international du film de Montréal aura eu un rôle considérable dans l’affirmation du cinéma québécois.

Certaines séances de projection seront introduites par Rock Demers, Claude R. Blouin ou Pierre Juneau.

Pour tous les détails sur la programmation : www.cinematheque.qc.ca.

La Cinémathèque québécoise est le musée de l'image en mouvement, à Montréal. Organisme à but non lucratif, la Cinémathèque est un lieu de diffusion dont la mission est de collectionner, conserver, documenter et interpréter des œuvres du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias afin de les mettre en valeur dans une perspective historique, artistique et pédagogique.

- 30 -

Contact : Julie Rainville, Attachée de presse et de promotion 514 842.9768 poste 255  jrainville@cinematheque.qc.ca Cinémathèque québécoise  335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM).