22 Mars 2010

Le western crépusculaire

Puissante réflexion sur le genre à la Cinémathèque québécoise

Montréal, le 22 mars 2010 - La Cinémathèque québécoise est fière de présenter une rétrospective audacieuse consacrée au western crépusculaire, du 1 er au 28 avril, en programmant une série de 17 longs métrages, dont 15 en format CinémaScope, et en organisant une table ronde, le 17 avril. Pour la première fois en Amérique du Nord, cet événement majeur permettra de développer une argumentation sur la tendance du genre, qui connaît une envolée significative depuis le début des années 1960, mais qui n’a jamais été véritablement défini.

La frontière, idée fondatrice du western, perd de son importance une fois que la conquête de l’Ouest est achevée aux États-Unis et qu’il ne reste plus de territoire à conquérir. Le mythe du cowboy héroïque est dès lors transformé et il devient parfois un antihéros, un personnage plus humain, voire tourmenté. Après l’âge d’or du western à Hollywood, le genre persiste, mais le style est révisé. Politisés, les films de Sam Peckinpah, d’Arthur Penn, de Robert Altman ou d’Abraham Polonsky témoignent des soubresauts d’une Amérique doutant d’elle-même.

Les films sélectionnés couvrent la période de 1958 à 2007 et sont projetés dans leurs versions originales. Plusieurs copies, toutes de qualité remarquable, sont sous-titrées en français. Le premier de la série, Man of the West (1958) d’Anthony Mann, annonce une rupture avec les principes fondamentaux du genre, qui se confirme dès 1962 dans Ride the High Country de Sam Peckinpah. Le western étant toujours vivant, nous présenterons des œuvres plus contemporaines telles que The Missouri Breaks (1976), avec Marlon Brando, The Proposition (2005), qui brise la « frontière » du western en déplaçant l’action en Australie ou The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (2007), avec Brad Pitt et Cassey Affleck.

Une table ronde au Café-Bar de la Cinémathèque poursuivra la réflexion, le 17 avril à 18 h 30, en compagnie de Simon Galiero et Jean Pierre Lefebvre, réalisateurs, d’André Habib, professeur de cinéma, d’André Dudemaine, de Terres en vues, de Marcel Jean, critique, et de Guilhem Caillard, programmateur stagiaire à la Cinémathèque. Au cours de la rétrospective, des « ambassadeurs » invités tels que Simon Lavoie, cinéaste ou Helen Faradji, critique, alimenteront le débat en partageant leur vision avec le public avant les projections.

Des cartes Tapis rouge pour le cycle western crépusculaire sont disponibles sur www.lavitrine.com/

Pour tous les détails sur la programmation : www.cinematheque.qc.ca.

La Cinémathèque québécoise est le musée de l'image en mouvement, à Montréal. Organisme à but non lucratif, la Cinémathèque est un lieu de diffusion dont la mission est de collectionner, conserver, documenter et interpréter des œuvres du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias afin de les mettre en valeur dans une perspective historique, artistique et pédagogique.

- 30 -

Contact : Julie Rainville, Attachée de presse et de promotion
514 842.9768 poste 255  jrainville@cinematheque.qc.ca
Cinémathèque québécoise  335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM).