20 Juin 2012

Rapport annuel 2011-2012 : après une année de grands changements, la Cinémathèque québécoise entrevoit l’avenir avec optimisme

À l’occasion de son assemblée générale annuelle, la Cinémathèque québécoise (CQ) a fait le bilan de son exercice financier 2011-2012. Rappelons que la dernière année fut marquée par de nombreux bouleversements, dont un changement de direction générale, beaucoup de mouvement au sein du personnel et surtout, une situation financière alarmante se soldant par un important déficit anticipé. Toutefois, à l’aube de son 50e anniversaire, la Cinémathèque entrevoit l’avenir avec un certain optimisme, puisque la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine (MCCCF), Christine Saint-Pierre a mis sur pied un comité de relance et de consolidation de l’institution.

Daniel Cloutier, directeur général des Politiques de Culture et de Communications du MCCCF, qui est à la tête de ce comité, est venu faire état de l’avancement des travaux aux très nombreux membres qui assistaient à l’assemblée générale. Il a confirmé que les experts consultés comprenaient parfaitement la situation unique en son genre de la CQ et étaient à élaborer une solution pérenne au cadre financier de l’institution. Les recommandations de ce groupe d’étude seront connues en octobre.

Faits saillants de la programmation
En 2011-2012, sans compter les festivals, la Cinémathèque a présenté au-delà de 1 078 titres en près de 580 séances. En parallèle, l’institution a accueilli ou mis sur pied 15 expositions, en plus des expositions permanentes Formes en mouvement, dédiée au cinéma d’animation, et N’ajustez pas votre appareil, consacrée à l’histoire de la télévision.

Parmi ses bons coups, mentionnons que la Cinémathèque québécoise a été la première cinémathèque au monde à présenter la version restaurée du Voyage dans la lune (1902), projetée notamment à Cannes et à Telluride plus tôt dans l’année. Il faut aussi mentionner la présentation du ciné-concert Le Fantôme de l’Opéra lors de la soirée de clôture du festival Fantasia à la Place des Arts, présentation qui s’est déroulée à guichet
fermé et qui a été acclamée.

Événement phare de la programmation de la Cinémathèque, les Sommets du cinéma d’animation de Montréal célébraient en 2011 leur 10e anniversaire. De simple florilège de quelques-uns des meilleurs films de l’année, les Sommets sont devenus un festival international inscrit dans le calendrier culturel montréalais et que le milieu considère désormais incontournable. L’assistance record à la soirée inaugurale de l’édition de l’an
dernier, qui a même demandé à la Cinémathèque d’ouvrir sa deuxième salle de cinéma à la dernière minute pour accommoder le plus grand nombre de spectateurs possible, en est le signe. Par ailleurs, cet anniversaire a été l’occasion de transformer les Sommets en festival compétitif, notamment par l’ajout d’un jury.

Acquisitions importantes
En plus des oeuvres assujetties à la loi sur le dépôt légal, qui font l’objet d’un bilan séparé, la Cinémathèque québécoise a enrichi ses collections de 1 635 éléments pour 385 titres. Ces chiffres correspondent à plusieurs acquisitions importantes, notamment les dons d’organisations (Productions Multi- Monde, Cinéfilms & Vidéo Productions, Funfilm Distribution, Métropole Films Distribution) et de particuliers : Charles Binamé (qui a fait don notamment de 81 magnifiques carnets de notes avec dessins et annotations, ainsi que de 6 284 photographies), Jean-Daniel Lafond, Bob McKenna, Marcel Carrière et la succession Fernand Bélanger. Les réalisateurs Sophie Bissonnette, Mireille Dansereau, Étienne Desrosiers, François Miron et Jeanne Crépeau ont également déposé des éléments de leurs films.

Conservation numérique et restauration : la Cinémathèque à la fine pointe des développements
La conservation des oeuvres est désormais plongée dans une mouvance technologique de haut vol qui nécessite des savoirs et plusieurs compétences nouvelles. La direction des collections est en train de mettre au point une étude multipartite et internationale, qui permettra à la Cinémathèque d’être à la fine pointe des développements dans le domaine de la conservation numérique. Par ailleurs, la Cinémathèque a procédé à l’acquisition des équipements nécessaires à la vérification et au traitement de conservation des DCP, le nouveau format de diffusion des films en salles. Dans le domaine de la restauration, au-delà d’une centaine d’oeuvres des collections de la Cinémathèque ont été numérisées au cours de la dernière année pour en assurer un meilleur accès ou une meilleure conservation.

Plus de membres et plus de gens lors des événements spéciaux
En 2011-2012, 153 nouveaux membres ont été recrutés. Toutefois, la fréquentation des salles de cinéma de la Cinémathèque a diminué par rapport à l’année précédente pour se situer à 28,63 %, ce qui est quand même supérieur au taux d’occupation des salles commerciales qui est de 12,5 % pour l’année 2010, selon les statistiques de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec. Cette baisse s’explique notamment par le fait qu’il y a eu 167 séances de moins que l’année précédente, et peut également s’expliquer par les nouvelles habitudes de consommation des jeunes (et des moins jeunes) qui préfèrent télécharger des films sur Internet. Par ailleurs, du côté des événements spéciaux, il y a eu une augmentation significative de la fréquentation par rapport à l’année précédente, soit 19 % de plus pour la Journée des musées montréalais et 21 % de plus pour la Nuit blanche. Le nombre de visites commentées est resté stable par rapport à l’année 2010, grâce à la relance qui a été effectuée auprès des écoles et commissions scolaires ainsi que des camps de jours. 41 groupes ont été accueillis, pour une hausse des revenus de près de 7 %.

Des outils promotionnels primés
Il y a un an, la Cinémathèque dévoilait son nouveau site Web, dont la refonte avait pour objectifs de dynamiser et renouveler l’image de l’institution, de diversifier et rajeunir son public, de mieux répondre aux besoins de la clientèle et de promouvoir l’ensemble de ses services. Les efforts consacrés au projet ont été largement récompensés puisque le site de la Cinémathèque a remporté le Prix du public des Prix Boomerang 2011 ! Désormais, le site Web de la Cinémathèque fait un usage intelligent des réseaux sociaux et permet aux internautes de partager l’information plus facilement. Depuis son lancement, le trafic sur le site a grimpé de près de 56 % avec plus de 90 000 visiteurs uniques dans l’année, totalisant en moyenne 58 000 pages vues par mois. Au chapitre des prix, le dépliant de la programmation de la Cinémathèque a lui aussi raflé les honneurs, notamment au concours annuel de Coupe Magazine, à Toronto, où il a été couronné « Best Flyer » et plus récemment au concours 2011 de design du magazine Applied Arts.

Des collaborations toujours aussi fertiles
Tout au long de l’année, en plus des festivals qu’elle accueille de façon régulière, comme le Festival international du film sur l’art (FIFA), Fantasia, le FNC, les RIDM et les RVCQ, la Cinémathèque québécoise a collaboré avec une multitude d’organisations et d’événements locaux, par exemple en organisant des programmations ou en présentant des expositions dans le cadre de l’assemblée annuelle de l’Alliance des arts médiatiques indépendants du Canada (IMAA/AAMI), le Festival Pop Montréal, le Festival Elektra, le Festival TransAmériques, le FIJM, Le Mois de la Photo à Montréal, OUMF (le festival du Quartier Latin), Cinémania, La Nuit Blanche, Les Journées de la culture et L’OFF Festival de jazz de Montréal.

Nomination et composition du conseil d’administration
Iolande Cadrin-Rossignol a été nommée directrice générale en titre pour un mandat d’un an additionné d’une option de six mois.
Le conseil d’administration pour l’année 2012-2013 se compose comme suit :
Charles David président, Louis-Philippe Rochon premier vice-président, David Reckziegel deuxième vice-président, Michel G. Desjardins trésorier, André Habib secrétaire. Les administrateurs sont : Marie Côté, André Gaudreault, Me Joseph Sisto, Patrice Lachance, Suzanne Laverdière, Peter Wintonick, Dominique Dugas et Michel Houle.

Soulignons que la petite réception qui a suivi l’assemblée générale a été partiellement
commanditée par le Domaine Pinnacle.

Pour lire le rapport annuel complet : www.cinematheque.qc.ca

À propos de la Cinémathèque québécoise
La Cinémathèque québécoise, c’est le musée de l’image en mouvement à Montréal. Sa mission
est de sauvegarder le patrimoine audiovisuel mondial, en privilégiant les oeuvres québécoises,
canadiennes et le cinéma d’animation international, pour le mettre en valeur à des fins culturelles
et éducatives.

                                                                                                       - 30 -

Source : Catherine Vien-Labeaume, attachée de presse et de promotion
514.842.9768 poste 255, cvienlabeaume@cinematheque.qc.ca