27 Octobre 2011

Un colloque d’envergure internationale et une rétrospective Paul Tana cet automne pour le volet québécois et canadien de la programmation de la Cinémathèque québécoise

Des activités des plus stimulantes vous attendent cet automne à la Cinémathèque québécoise. En effet, en plus de coprésenter un colloque d’envergure internationale en son enceinte, la Cinémathèque propose une rétrospective de l’œuvre de Paul Tana,  cinéaste montréalais marquant dans le panorama cinématographique québécois.

Colloque Impact des innovations technologiques sur le cinéma- 1er au 6 novembre
Pendant la première de semaine de novembre, un important colloque international portant sur l’impact des nouvelles technologies sur la théorie et l’historiographie du cinéma se déroulera à la Cinémathèque québécoise. Au total, 135 conférenciers invités se pencheront sur ces notions pendant les six jours du colloque, mis en place par les chercheurs André Gaudreault (GRAPHICS) et Martin Lefebvre (ARTHEMIS). Parmi ces invités de toutes nationalités, on note la présence de Bernard Stiegler (1er novembre), W.J.T Mitchell (3 novembre), ainsi que Jean-Louis Comolli (cinéaste et ancien rédacteur en chef des Cahiers du cinéma), Gérard Leblanc (ancien directeur de la revue Cinéthique) et Jean-Patrick Lebel (auteur de Cinéma et technologie), qui reviendront 40 ans plus tard sur le débat « Technique et idéologie » (2 novembre), qui les a opposés dans la foulée de mai 1968. De plus, une série de trois tables rondes ouvertes au public sera animée par Michel Coulombe, critique et chroniqueur à Radio-Canada. Ces dernières réuniront chercheurs et professionnels du milieu du cinéma, dont le cinéaste Yves Simoneau, le propriétaire et programmateur du Cinéma du Parc Roland Smith, en plus de plusieurs autres figures de proue. Au menu, des discussions sur l’hybridation entre le cinéma et les jeux vidéos (2 novembre), la transmission des opéras au cinéma (4 novembre), ainsi que l’avenir des salles de cinéma (5 novembre).

Paul Tana, les ancrages de l’apatride- 3 au 25 novembre
Fils d’immigrants italiens, Paul Tana a consacré une partie importante de ses actes créatifs à explorer son statut de citoyen québécois d’origine italienne. Il en résulte une filmographie fascinante, qui offre une perspective nouvelle qui a marqué l’histoire de notre cinéma. Paul Tana aura enraciné sa propre identité québécoise dans cette quête des origines qui guide ses œuvres. Cette première rétrospective du cinéma de Paul Tanaretrace l’ensemble de ses courts métrages et de ses documentaires, ainsi que ces longs métrages mémorables que sont Les Grand enfants (1980), Caffè Italia (1985, lauréat du Prix de la critique québécoise), La Sarrasine (1992, lauréat du prix Sardec) et La Déroute (1998). Le cinéaste, aujourd’hui professeur à l’UQAM, se distingue par une fidélité exemplaire à ses comédiens Tony Nardi, Pierre Curzi ou Gilbert Sicotte, à son producteur Marc Daigle et à son scénariste Bruno Ramirez. Il viendra ainsi partager son art avec nous pendant toute la durée de cet hommage, qui s’inscrit dans le cadre des quarante ans de l’ACPAV, où il a produit la majorité de ses films.

La Cinémathèque québécoise, c’est le musée de l’image en mouvement à Montréal. Sa mission est de sauvegarder le patrimoine audiovisuel mondial, en privilégiant les œuvres québécoises, canadiennes et le cinéma d’animation international, pour le mettre en valeur à des fins culturelles et éducatives.

- 30 –

Source : Catherine Vien-Labeaume, attachée de presse et de promotion
514.842.9768 poste 255, cvienlabeaume@cinematheque.qc.ca
Cinémathèque québécoise, 335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM)