Fondée par un groupe de cinéastes passionnés, parmi lesquels on retrouve Jacques Giraldeau, Rock Demers, Guy Cameau, sous l'initiative du réalisateur Guy-L. Coté, la Cinémathèque canadienne voit le jour en 1963. Cinéaste, cinéphile et amateur de livre, monsieur Coté reconnaissait l'importance de la documentation cinématographique comme mémoire du cinéma et il a constitué, au cours de sa vie, une collection qui est devenue le fondement du Centre de documentation de la Cinémathèque, aujourd’hui connu sous le nom de la Médiathèque Guy-L.-Coté.

En 1966, la Cinémathèque devient membre de la Fédération internationale des archives du film, un réseau professionnel qui lui donne accès à une quantité inestimable de films et de documents, et à une expertise de pointe dans les domaines de la conservation, de la documentation, de la restauration et de la diffusion.  La Cinémathèque est la seule institution canadienne reconnue par cette prestigieuse organisation, ce qui démontre bien que l’organisme à but non lucratif occupe déjà une place de choix dans le paysage cinématographique national et international.

Vouée à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine audiovisuel, la Cinémathèque canadienne est rebaptisée en 1971 sous le nom de Cinémathèque québécoise.

Dès 1974, l’institution se dote d’un Centre de conservation spécialement aménagé à Boucherville pour entreposer et conserver de façon optimale ses collections imposantes d’œuvres cinématographiques et d’émissions de télévision.  Les efforts consacrés depuis bientôt cinquante ans à la préservation de ce patrimoine ont permis à la Cinémathèque de constituer des collections inestimables. Aujourd’hui, plus de 50 000 titres sur pellicule et quelque 20 000 heures sur ruban magnétoscopique (télévision ou vidéo) sont préservés dans les réserves de la Cinémathèque.

C’est en 1982 que l’institution déménage ses bureaux de la rue McGill pour avoir pignon sur rue dans ses locaux actuels du boulevard De Maisonneuve Est. Ce nouvel emplacement stratégique et la configuration des lieux, revus en 1996 et gagnants de plusieurs prix d’architecture, sont propices à la tenue d’événements et à de multiples rencontres.

La Cinémathèque aménage en 1997 deux salles spécialisées, la salle Raoul-Barré pour les expositions permanentes et la salle Norman-McLaren pour les expositions temporaires, offrant ainsi au public un choix d'expositions d'ici et d'ailleurs souvent conçues et produites ou adaptées par la Cinémathèque. Compléments indispensables aux projections publiques, ces expositions témoignent de la richesse de l’histoire du cinéma, de la télévision, de la vidéo et plus récemment des nouveaux médias.

Depuis 2006, la Cinémathèque joue un rôle essentiel à titre de coordonnatrice du dépôt légal des films du Québec, un mandat que lui a confié Bibliothèque et Archives nationales du Québec. 

Bien qu’au fil de son histoire, la Cinémathèque ait connu de grands changements, résultant notamment de la rapide évolution technologique et des enjeux encourus, une certitude demeure : depuis ses débuts, la Cinémathèque est un important lieu du savoir, une mine d’or pour les étudiants, les professeurs, les chercheurs, les journalistes, les professionnels du milieu audiovisuel, mais aussi pour le grand public. Consacrée au passé et tournée vers l’avenir, la Cinémathèque québécoise est une véritable machine à voyager dans le temps, permettant de visiter et de revisiter les petits bijoux et les grands trésors de l’histoire de l’image en mouvement !

Faits saillants

    Années 10

  • 2012
    Rétrospective Rodrigue Jean et installation vidéo Épopée - L'État des lieux.
    Hommage à deux innovateurs du cinéma canadien : Jean Décarie et Colin Low.
    Rétrospective Peter Mettler, avec leçon de cinéma, performance vidéo-musicale et exposition Notations.
    Projection du long métrage d'animation Les aventures du Prince Achmed, avec un accompagnement musical du trio virtuose québécois Small World Project.
    Pour une deuxième année consécutive, la Cinémathèque participe au festival OUMF du Quartier Latin avec un Focus sur le réalisateur québécois Vincent Morisset.
    En octobre, la Cinémathèque et le FNC présentaient une rétrospective de William Klein. Le photographe et réalisateur était de passage à la Cinémathèque où une exposition de ses photos avait également lieu.
    La 11e édition des Sommets du cinéma d'animation de Montréal fut un beau succès atteignant un pic de fréquentation depuis leur création.
  • 2011
    Refonte intégrale du site Web de la Cinémathèque québécoise par l'agence Kryzalid. La Cinémathèque se dote d'un outil de communication et de promotion moderne, avec un design et une ergonomie remis au goût du jour et avec un contenu faisant la part belle à sa programmation.
    Rétrospective de Jean Epstein regroupant 27 films, la première programmation de cette importance au Canada sur ce cinéaste et théoricien du cinéma.
    Hommage à Claude Jutra pour souligner les 25 ans de sa disparition. La Cinémathèque a conçu une programmation qui comprend plusieurs raretés issues de ses collections, dont des films de famille et des films étudiants.
    Un cycle hommage à Luce Guilbeault, celle qui  a marqué de façon notoire l'histoire de notre cinéma. Hommage composé d'une programmation spéciale et d'une exposition photo.
    Dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal, présentation des films musicaux de Carlos Saura, l'un des cinéastes espagnols les plus influents et reconnus sur le plan international.
    Présentation du ciné-concert Le Fantôme de l'Opéra lors de la soirée de clôture du festival Fantasia à la Place des Arts. Projection accompagnée d'un orchestre dirigé par Gabriel Thibaudeau.
    Un mois de cinéma japonais proposait pas moins de 72 projections déclinées en 3 volets ainsi qu'une exposition d'affiches de l'Art Theater Guild, pour un survol du cinéma japonais depuis les années 1960.
    Les Sommets du cinéma d'animation de Montréal célèbrent leur 10e anniversaire. Pour l'occasion il se dote d'une section compétitive qui présente les œuvres les plus attendues de la production internationale.
  • 2010
    Création du Prix de la Cinémathèque québécoise pour le long métrage canadien coup de cœur du public dans le cadre du Festival des films du monde de Montréal.  
    "Benoit Jacquot, géographe de l'âme", cycle et leçon de cinéma.
    Exposition photographique de Ken Russel, en première nord-américaine.  Un regard singulier sur les années d'après-guerre.
    Dans le cadre du festival Fantasia, lancement du cycle "Chairs et viscères : corps étranges".
    Hommage à Claude Chabrol et Alain Corneau.
    Rétrospective sur les trilogies au cinéma avec le cycle "Onze grandes trilogies de l'histoire du cinéma" avec entre autres des films de Lars Von Trier, Park Chan-Wook ou encore Bernard Émond.

    Années 00

  • 2009
    Mise en ligne du Répertoire audiovisuel du Québec créé par la Cinémathèque en partenariat avec la Sodec, la Régie du cinéma et l’Institut de la statistique/Observatoire de la culture et des communications du Québec.
    Création du Prix de la Cinémathèque québécoise pour l’Excellence en cinéma d’animation dans le cadre de la remise des diplômes aux finissants de l’École de cinéma Mel Hoppenheim.
    Hommage à Juliette Binoche par la présentation d’une exposition de ses œuvres et de neuf de ses films, en présence de l’actrice qui a ravi son public.
    Projection de l’intégralité de l’œuvre de Jacques Demy.
    L’intégralité de l’œuvre de Spike Lee, en présence du réalisateur, un moment de l’année fort médiatisé.
    Rétrospective intégrale de l’œuvre de Raymond Depardon, en présence du cinéaste qui a livré une leçon de cinéma au public.
  • 2008
    La Cinémathèque réussit à éponger le déficit accumulé depuis plus de 10 ans.
    Don de 289 téléviseurs anciens par Moses Znaimer de Olympus Management, ce qui positionne la collection de la Cinémathèque comme l’une des plus importantes en Amérique du Nord. 
    Création du Grand prix Focus – Cinémathèque québécoise, visant à soutenir la nouvelle création cinématographique nationale dans le cadre du Festival du nouveau cinéma de Montréal.
    Création du Prix de la Cinémathèque québécoise pour la meilleure œuvre québécoise/canadienne dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal.
    Rétrospective et carte blanche à Denis Côté.
    Rétrospective en 17 titres de l’œuvre de Francis Ford Coppola.
    Cycle Andy Warhol, homme de télé où sont présentées trois séries télévisées rares produites et animées par l’artiste.
    Mise en place d’une nouvelle direction des collections assumée par Pierre Véronneau suite à une restructuration de l’organisme.
    Révision de la mission de la Cinémathèque pour inclure dorénavant toutes les déclinaisons des images en mouvement, dont les nouveaux médias.
  • 2007
    Rétrospective Gus Van Sant, avec pour la première fois au Canada, une projection du long métrage Mala Noche.
    Restauration du film Seul ou avec d’autres de Denys Arcand (1962), Denis Héroux et Stéphane Venne, grâce à une commandite de Vision Globale.
    Célébration des 70 ans de la Cinémathèque française avec une présentation de 18 films récemment retrouvés, restaurés ou acquis par l’institution française.
    Cycle consacré au cinéaste d’animation Bill Plympton comportant un atelier donné par le réalisateur.
  • 2006
    Inauguration de l’exposition de longue durée N’ajustez pas votre appareil ! réalisée par la Cinémathèque en collaboration avec le MZTV Museum de Toronto à partir de l’exceptionnelle collection de téléviseurs anciens offerte par le magnat de la télévision, Moses Znaimer de Olympus Management.
    Fin du mandat de 6 ans du président Kevin Tierney.
    Projection de l’intégralité des œuvres de Chantal Ackermann, en présence de la réalisatrice.  
    Rétrospective intégrale de l’œuvre de Norman McLaren présentée en première mondiale à la Cinémathèque.
  • 2005
    Nomination de Yolande Racine en tant que directrice générale.
    Soirée bénéfice instituée par la Fondation de la Cinémathèque, un beau succès inaugural.
    Projection de l’intégralité de l’œuvre d’Agnès Varda, en présence de la cinéaste.
    Rétrospective Pier Paolo Pasolini dans le cadre d’événements soulignant les 30 ans de sa mort.
    La directrice générale, Yolande Racine, est élue comme membre du comité directeur de la FIAF.
    Aménagement d’un entrepôt secondaire à Mirabel.
  • 2004
    Départ du directeur général Robert Boivin. Kevin Tierney, alors président, assure l’intérim.
    La Cinémathèque se voit confier le mandat officiel de conservation du dépôt légal du film.
    Création de la Fondation de la Cinémathèque québécoise ayant pour mission de soutenir financièrement les activités structurantes de la Cinémathèque.
    Crise financière majeure obligeant d’importantes compressions salariales et des coupures considérables dans les opérations.
    Projection de l’intégralité des œuvres de Denys Arcand, documentaires et fictions, à l’occasion du succès des Invasions barbares.
  • 2003
    La ministre de la Culture et des Communications du Québec annonce l’instauration du dépôt légal  du film (patrimoine cinématographique, vidéographique et télévisuel) dans son plan de mise en œuvre d’une politique sur le cinéma et la Cinémathèque est pressentie comme futur dépositaire des documents audiovisuels qui feront l'objet d'un dépôt légal.
    Célébration des 40 ans de la Cinémathèque.
    Projection de l’intégralité des œuvres de Gilles Groulx, accompagnant la sortie d’un coffret vidéo et DVD produit par l’Office national du film du Canada.
    Projection de l’intégralité des œuvres de Polanski, dans le cadre du Festival du film polonais.
    Ouverture du Café-Bar de la Cinémathèque dans ses espaces.
  • 2002
    Les spectateurs furent nombreux à embarquer sur notre traversée de la planète cinéma en compagnie du grand maître du 7e art Carl Theodore Dreyer. 
    L'hommage aux cinéastes d'animation américano-britanniques Timothy et Stephen Quay, en leur présence, fait salle comble et requiert des supplémentaires.
    Présence de Peter Watkins pour la présentation de sa dernière réalisation La Commune (Paris, 1871) qui, à la demande du public, sera reprise à plusieurs occasions au cours de  l'hiver et au printemps. L'atelier de maître qu'il a animé a également attiré de nombreux professionnels du milieu documentaire.
    Hommage à Janette Bertrand : sans contredit l'événement de l'année du secteur télévision.
    Après 30 ans à la barre, Robert Daudelin quitte la Cinémathèque et Robert Boivin lui succède à la direction générale.
    Rétrospective Pedro Almodovar, l’un des événements les plus marquants de l’année avec toutes les séances affichant complet.
    Création des Sommets du cinéma d’animation de Montréal, un événement de trois jours portant sur l’actualité du cinéma d’animation international.
  • 2001
    Succès phénoménal pour l'hommage à Totò, célèbre acteur comique italien, présenté dans le cadre du Festival Juste pour rire. 
    L'exposition virtuelle De Nanouk à l'Oumigmag, le cinéma documentaire au Canada, (www.nanouk.ca) remporte le Grand Prix Boomerang 2001-Arts et culture.
    De nouvelles politiques d'acquisition et de conservation sont publiées pour chacune des collections : film, télévision, collections afférentes au film et collections documentaires.
  • 2000
    Rétrospective Buster Keaton dans le cadre du Festival Juste pour rire.
    Broken Blossoms en projection-concert au Théâtre St-Denis avec Angèle Dubeau et La Pieta interprétant une partition originale du pianiste en résidence de la Cinémathèque, Gabriel Thibaudeau.
    Raoul Servais, itinéraire d'un ciné-peintre, exposition recréant l'univers fantastique du cinéaste d'animation belge.
    Hommage à Paul Almond, l'un des premiers cinéastes canadiens à émerger du secteur de la télévision,  en sa présence.
    L'exposition Sam Lévin, photographe des stars, un grand succès critique et public. 

    Années 90

  • 1999
    Création du site Web de la Cinémathèque.
    Formes en mouvement, exposition permanente sur l'art et l'histoire du cinéma d'animation produite à même nos collections.
    Premier cycle consacré à la chaîne franco-allemande ARTE.
    Le Monde de Marcel Dubé : le travail du dramaturge pour la télévision.
    Rétrospective complète Gilles Carle : 50 films et vidéos réalisés depuis 1961.
  • 1998
    Présentation de l'exposition Devant le petit écran : Téléviseurs et souvenirs du Musée MZTV.
    Frédéric Back, les dessins d'une vie, exposition-hommage au grand animateur.
  • 1997
    Ouverture de la nouvelle Cinémathèque québécoise, rénovée et agrandie au 335 boulevard De Maisonneuve Est.
    Présentation, en première nord-américaine, de l'exposition Magnum cinéma. 
    Arrêt sur images, exposition et cycle de projections retraçant en 102 films (un par année) l'histoire du cinéma depuis 1895, faisant écho au centenaire du cinéma. 
  • 1996
    Construction des nouvelles installations.
    Célébrations du centenaire du cinéma au Québec. 
    Acquisition du Cinématographe Lumière No16.
    Cycle de films classiques et contemporains au Musée des beaux-arts de Montréal.
  • 1995
    Les cinémathèques du monde célèbrent le centenaire du cinéma.
    Production de l'exposition Lumière sur la projection - De la lanterne magique à Imax.
    Rétrospective Federico Fellini.
  • 1994
    Présentation d’un cycle consacré à la Gaumont. 
    Grande rétrospective du cinéma mexicain : plus de 100 titres, de 1909 à nos jours. 
    Exposition Raymond Depardon : La Colline des anges.
  • 1993
    La Cinémathèque québécoise a trente ans.
    Rétrospective Laurel & Hardy dans le cadre du Festival Juste pour rire. 
  • 1992
    Inauguration officielle  du Centre de conservation rénové,  à Boucherville.
    Exposition Montréal, ville de cinéma présentée dans le cadre du 350e anniversaire de la ville de Montréal.
  • 1991
    La projection-concert du Metropolis de Fritz Lang fait salle comble à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. 
  • 1990
    Déménagement de la collection d'appareils anciens dans le nouveau Centre de conservation à Boucherville.
    La séance du vendredi à 18 h 30 est désormais consacrée au cinéma muet en musique avec Gabriel Thibaudeau, pianiste en résidence.

    Années 80

  • 1989
    Agrandissement des entrepôts de conservation à Boucherville.
    Robert Daudelin est élu président de la FIAF, un poste qu'il occupera jusqu'en 1996.
    Création et diffusion de l'exposition itinérante Profils des années 50, photographies de Roméo Gariépy. 
  • 1988
    Célébrations du 25e anniversaire de fondation de la Cinémathèque.
    Nouvelle signature graphique. 
    Première projection-concert avec I Musici de Montréal : La Nouvelle Babylone de Leonid Trauberg et Grigori Kozintsev.
    Présentation de l'exposition Au Temps des machines à vue à la Maison Chevalier du Musée de la civilisation de Québec.
    Rétrospective R.W. Fassbinder : 39 films de l'un des maîtres du cinéma moderne.
    Importantes acquisitions photographiques : fonds Bertrand Carrière et fonds Daniel Kieffer.
  • 1986
    Les cinéastes s'exposent, tableaux et dessins de cinéastes.
  • 1985
    La conservatrice du cinéma d'animation, Louise Beaudet, préside le jury du Festival du cinéma d'animation d'Annecy (France). 
  • 1984
    Rétrospective Georges Franju, en présence du cinéaste. 
  • 1983
    Exposition Le cinéma et ses appareils à Trois-Rivières (Ciné-Campus).
  • 1982
    Inauguration de  la « Maison du cinéma » de la Cinémathèque : une semaine de festivités auxquelles participent tous les professionnels du cinéma. 
    Collaboration à l’exposition L'Art du cinéma d'animation au Musée des beaux-arts de Montréal.
  • 1981
    Aménagement de la Cinémathèque au 335, boulevard De Maisonneuve Est en « Maison du cinéma ».
    Intégration formelle du Centre de documentation cinématographique aux fonctions de la Cinémathèque.
    Rétrospective Marguerite Duras, en présence de l'écrivaine et cinéaste. 
  • 1980
    Rétrospective du cinéma québécois à la Cinémathèque française : 48 séances à Chaillot et à Beaubourg. 

    Années 70

  • 1979
    Le directeur de la Cinémathèque, Robert Daudelin, est élu secrétaire général de la Fédération internationale des archives du film (FIAF). 
    Lancement du premier numéro de Copie Zéro.
  • 1978
    Signature d'une entente-cadre avec le gouvernement québécois qui reconnaît le mandat de la Cinémathèque.
    Premiers numéros de la collection Les dossiers de la Cinémathèque. 
  • 1977
    Rétrospective Arthur Penn, en présence du cinéaste.
  • 1976
    Première nord-américaine de Comment Yukong déplaça les montagnes, en présence de Joris Ivens et Marceline Loridan.
  • 1975
    Rétrospective Volker Schlöndorff, en présence du cinéaste. 
    Rétrospective TV (This Hour Has Seven Days).
  • 1974
    Construction des premiers entrepôts de conservation à Boucherville. 
  • 1973
    Projet expérimental d'une cinémathèque sur cassettes vidéo avec le Vidéographe. 
  • 1972
    La Cinémathèque installe ses bureaux au 360, rue McGill.
    Nomination de Robert Daudelin en tant que directeur général et conservateur
    Organisation de la Quinzaine du cinéma canadien à Amsterdam.
  • 1971
    Changement de nom, la Cinémathèque canadienne devient la Cinémathèque québécoise. 
    Projections hebdomadaires à Québec  (Laval) et à Trois-Rivières (Ciné-Campus). 
  • 1970
    Le Québec d'aujourd'hui raconté par des cinéastes québécois, série de 10 cours organisée en collaboration avec la Cinémathèque par le service de l'éducation aux adultes de la Commission des écoles catholiques de Montréal devenue la Commission scolaire de Montréal. 

    Années 60

  • 1969
    Les projections publiques s'installent à la Bibliothèque nationale, 1700 rue St-Denis.
    Acquisition de la collection de Guy L. Coté qui deviendra le fondement du Centre de documentation cinématographique de la Cinémathèque, l’un des plus importants en Amérique.
  • 1968
    Publication du périodique bilingue Nouveau cinéma canadien / New Canadian Film. 
  • 1967
    Publication, en deux éditions française et anglaise, de Comment faire ou ne pas faire un film canadien.
    Rétrospective mondiale du cinéma d'animation présentée dans le cadre du Festival international du film de Montréal.
  • 1966
    Première adresse au centre ville : 3685, rue Jeanne-Mance.
  • 1965
    Exposition Norman McLaren.
    Première saison complète de 250 séances de projections publiques à l'auditorium du Bureau de censure, situé au 360, rue McGill, dans le Vieux-Montréal.
  • 1964
    Exposition Eric Von Stroheim dans le cadre du Festival international du film de Montréal.
  • 1963
    Semaine Jean Renoir au cinéma Élysée, en présence d'Henri Langlois, conservateur de la Cinémathèque française.