Du Jeudi 01 Juin 2017 au Vendredi 30 Juin 2017

Programmation Art et essai : Juin 2017

DÈS LE 26 MAI :
EXPO 67 MISSION IMPOSSIBLE de Guylaine Maroist, Michel Barbeau et Eric Ruel [Qué., 2017, 68 min, DCP, VOF]

EXPO67 MISSION IMPOSSIBLE nous propose de revivre l’aventure incroyable des hommes qui ont fait Terre des Hommes. Le temps a passé, les langues se sont déliées, tout peut émerger, telle l’Île Notre-Dame des eaux du Saint-Laurent. Enfin révélée pour la génération d’aujourd’hui et les générations futures: une leçon d’histoire nécessaire et inspirante! Raconter comment EXPO 67 a été rendu possible, c’est parler d’avenir.

 

 

 

DÈS LE 26 MAI :
BGL DE FANTAISIE de Benjamin Hogue [Qué., 2017, 83 min, DCP, VOF]

Après vingt ans de carrière, le collectif en art contemporain BGL (Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière) se voit confier la réalisation de trois projets d’envergure. Le défi est de taille : produire deux œuvres d’art public monumentales – une à Montréal et l’autre à Toronto – et représenter le Canada à la 56e Biennale de Venise. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour braquer la caméra sur le trio fantaisiste et jeter du même coup un regard rétrospectif sur une œuvre prolifique et déroutante. Un documentaire aux allures de conte, où s’entremêlent humour, extravagance, onirisme et camaraderie.
À l'affiche en version STA au Cinéma du Parc

 

DÈS LE 9 JUIN :
THE BEEKEEPER AND HIS SON de Diedie Weng [Sui.-Can., 2016, 85 min, DCP, VOSTF]

De retour au village après des études de commerce en ville, Maofu a 20 ans et l’ambition de moderniser la ferme apicole de son père. Ce dernier cependant ne l’entend pas ainsi, et déplore quant à lui le manque d’envie de son fils de s’initier au métier. «Avec un désir personnel de reconnecter avec mes racines, je souhaitais faire un film sur un jeune homme en train d’apprendre l’art traditionnel de l’apiculture auprès de son père, ainsi que retrouver sa famille (...). Toutefois, les choses ne se passèrent pas comme prévu, et je me suis intéressée à savoir pourquoi il est si difficile de nos jours pour un jeune homme de vivre au village. J’ai progressivement réalisé que le film m’aidait à affronter mes propres questionnements par rapport à l’identité et aux relations familiales à travers la compréhension des besoins intérieurs tant du père que du fils. » (DW) Un conflit silencieux filmé de près et avec une empathie certaine, qui reflète une déchirure générationnelle dans la Chine contemporaine, hésitant entre vie rurale et capitalisme d’Etat urbain.
Le film est aussi diffusé en VOSTA au Cinéma du Parc

LE 15 JUIN :
ŒIL POUR ŒIL d'Ilan Ziv [Can., 2016, 98 min, DCP, VOSTF]
Dans les semaines qui suivirent les attaques du 11 septembre 2001, des dizaines d’agressions furent signalées à travers  les  États-Unis  contre  des  musulmans,  des  sikhs  et  autres  minorités.  Parmi  ceux  qui  commirent  ces  agressions  figurait Mark Stroman, qui avait commencé à « chasser les Arabes » en rôdant la nuit, tel qu’il le décrit. L’objectif était clair : cibler toute personne d’apparence moyen-orientale. Ses victimes étaient des immigrants du Pakistan, du Bangladesh et de l’Inde.  Il  en  a  tué  deux,  en  plus  d’aveugler  partiellement  un  jeune  homme  du  Bangladesh. 

 

 

 

DÈS LE 16 JUIN :
LES NUITS BLANCHES DU FACTEUR,
d'Andreï Konchalovsky [Rus., 2014, 101 min, DCP, VOSTF]

Coupés du monde, les habitants des villages autour du lac Kenozero sont pratiquement livrés à eux-mêmes. Le facteur Lyokha et son bateau sont leur seul lien avec le monde extérieur. Chaque jour, cet homme célibataire apporte à la population de ces villages délaissés des lettres, du pain, des pensions, des médicaments, des outils, de l'essence et des ampoules électriques. Mais, un matin, Lyokha découvre que le moteur de son bateau a disparu. Peu de temps après, il apprend qu'Irina, la femme dont il est amoureux depuis l'enfance, part travailler à la ville avec son jeune fils. Désemparé, Lyokha décide de changer de vie en quittant son village.

 

DÈS LE 16 JUIN :
FUNERAL PARADE OF ROSES,
de Matsumoto Toshio [Jap., 1967, 107 min, DCP 4K, VOSTA]

La contre-culture de l’époque est fortement présente dans cette version subversive d’Œdipe mise en scène dans les bas-fonds de Shinjuku. Eddie est un jeune travesti qui voit des fragments oubliés de son passé refaire surface, révélant ce qui aurait dû rester enfoui. Matsumoto compose avec ce film un bouquet de gestes stylistiques, un ensemble expérimental d’images en mouvement qui en font un film culte, une référence du cinéma queer japonais.

 

 

 

DÈS LE 30 JUIN :
ENJAMBÉES,
de Noémie Brassard [Qué., 2016, 8 min, DCP, VOF]

Enjambées nous présente Joséphine, 10 ans, qui a un pied dans l’enfance, l’autre dans l’adolescence. D’une lucidité désarmante, mais surtout charmante, elle met des mots sur tout ce qui change en elle et autour d’elle; son corps, ses relations, son imaginaire.

SURFER SUR LA GRÂCE, de David B.Ricard [Qué., 2016, 60 min, DCP, VOF]

David B.Ricard, réalisateur de Québec, a suivi son petit frère Louis, champion de slalom en planche à roulette, dans son évolution sportive pendant cinq ans. Dans une démarche introspective, il met en parallèle leurs deux parcours en tentant d’y trouver une constante : la recherche de la grâce. Il force ainsi son frère à se questionner sur sa pratique et le prend comme modèle de dépassement, et aussi comme levier. Une réflexion à propos de la compétition fraternelle est mise en lumière par des entrevues avec des planchistes, des discussions entre frères ainsi que par l’étude esthétique de la descente et de la compétition sportive.

Projections

Cycles

Mon horaire

Connectez-vous pour sauvegarder automatiquement votre horaire pour votre prochaine visite.