Du Mercredi 01 Mars 2017 au Dimanche 30 Avril 2017

Programmation Art et essai : Mars

En mars des documentaires chocs sont à l’affiche : dès le 6 mars En cavale de Mathieu Arsenault et Le prix du paradis de Guillaume Sylvestre suivi le 10 mars du documentaire fleuve de Sylvain l’Espérance sur un état des lieux de la Grèce : Combat au bout de la nuit. Une réflexion sur les colonies et la situation en Israël avec Les colons de Shimon Dotan le 17 mars puis la semaine suivante PS : Jérusalem de Danae Élon. Félix Lamarche nous invite à partager la vie de marins sur un cargo avec Les terres lointaines le 24 mars. Le cinéma d’animation est à l’honneur avec Ma vie de Courgette de Claude Barras dès le 6 mars et Window Horses d’Ann Marie Fleming le 17 mars. Le 31 mars, le dernier opus d’Olivier Godin Les arts de la parole.

DÈS LE 6 MARS :
EN CAVALE de Mathieu Arsenault [Qué., 2017, 76 min, DCP, VOF]

Simon est un jeune avec d’importants troubles d’attachement et de comportement. Pour le réalisateur, c'est également et surtout son « petit frère » depuis plus de 15 ans via un programme de jumelage bénévole. Simon a vécu plusieurs années dans ce qu’il a appelé « sa prison pour jeunes », un centre jeunesse de l'est de Montréal.
 
Qu’allait-il lui arriver à 18 ans, quand il n'y aurait plus personne pour le protéger de lui-même? Partant de ce questionnement, on suit Simon pendant ses premiers mois d’insertion en société, ainsi que Philippe-Olivier et Scoobey, deux autres jeunes qui sont passés par les centres et qui luttent eux aussi pour échapper à leurs démons et faire leur place au soleil.
 
Portrait croisé de trois garçons en route vers l’âge adulte, capté sur plus de 5 ans, le film se veut une incursion profondément humaine dans leur univers. S’il flirte par moment avec la délinquance, c’est surtout le désir de s’en sortir et de voler de leurs propres ailes qui les motive.

DÈS LE 6 MARS :
LE PRIX DU PARADIS de Guillaume Sylvestre [Qué., 2016, 45 min, DCP, VOF]

Le Prix du Paradis propose une plongée fascinante dans une société de véhicules motorisés haut de gamme et huttes tikis démesurées où la fierté de ses gens n’a d’égal que leur ambition. Après deux défaites référendaires, la victoire est enfin arrivée dans une terre de la superficie du Vatican, enclavée dans un quartier pauvre de Fort Lauderdale, où la vie est rythmée par le doux grondement des karts de golf Roll’s Royce, la danse en ligne et l’esprit communautaire d’hommes d’affaires nationalistes qui profitent d’un repos bien mérité après une vie de dur labeur, pour le meilleur et pour le pire. (Vue sur le canada)

 

 

DÈS LE 6 MARS :
MA VIE DE COURGETTE de Claude Barras [Suisse, 2016, 66 min, DCP, VOF]

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.
Ce film est présenté au cinéma du parc en version anglaise, voir les horaires.

 

DÈS LE 10 MARS :
COMBAT AU BOUT DE LA NUIT de Sylvain L'Espérance [Qué., 2016, 285 min, DCP, VOSTF]

Tourné sur une période de deux ans, Combat au bout de la nuit nous entraîne dans un grand voyage au cœur de la Grèce actuelle. C’est là, dans ce pays précipité dans la tourmente par la domination d’une économie totalitaire, qu’émerge aussi chaque jour un refus obstiné de cette violence. Propulsé par des énergies complémentaires et dissonantes, le film est irrigué par un désir de liberté et par la force rebelle de ceux qu’il fait se rencontrer. Qu’ils soient Athéniens ou réfugiés afghans, soudanais, syriens, femmes de ménage ou travailleurs du port licenciés, médecin bénévole ou sans-abri, tous ces hommes et ces femmes, par leur présence et leurs récits, se répondent et tissent entre eux des filiations inattendues. En accompagnant ceux qui, du lieu où ils luttent, forgent un autre avenir, Combat au bout de la nuit est traversé par l'intuition profonde que dans le chaos du présent, un monde commun aux contours encore indéfinis cherche à naître.

DÈS LE 17 MARS :
LES COLONS de Shimon Dotan [Can., 2016, 106 min, DCP, VOSTF]

Depuis la victoire décisive d’Israël lors de la Guerre des Six jours en 1967, des centaines de milliers de citoyens israéliens se sont installés dans les territoires occupés de Cisjordanie. Bénéficiant d’un accès sans précédent auprès des pionniers du mouvement de colonisation et des colons actuels, religieux et laïcs, Les Colons est une exploration en profondeur de ces communautés controversées, qui exercent une influence déterminante sur l’avenir sociopolitique d’Israël et de la Palestine.

 

 

 

DÈS LE 17 MARS :
LA VIE EN ROSIE : L'ÉPOPÉE PERSANE DE ROSIE MING d'Ann Marie Fleming [Can., 2016, 85 min, num, STF]

Rosie Ming, une jeune poète de vingt ans, habite la maison familiale avec ses grands-parents chinois surprotecteurs. Elle participe à un festival de poésie en Iran et en apprend davantage sur ce père iranien dont elle s’était crue abandonnée. Entreprenant un voyage de pardon, de réconciliation et de compréhension, Rosie découvre le passé de son père, sa propre identité culturelle et l’essence même de la poésie.
Réalisé par la cinéaste lauréate Ann Marie Fleming, La vie en Rosie, auquel Sandra Oh, Don McKellar, Nancy Kwan et Shohreh Aghdashloo prêtent leur voix, est une mosaïque mêlant cultures, philosophies, arts et époques. Le film pose un regard sensible et espiègle sur les concepts d’identité et d’imaginaire.

 

DÈS LE 24 MARS :
LES TERRES LOINTAINES de Félix Lamarche [Can., 2017, 98 min, DCP, VOSTF]

LES TERRES LOINTAINES est un voyage au cœur du désert bleu, une plongée dans les territoires de l’immense et de l’intime. Sur un cargo couleur turquoise, huit hommes, Hollandais et Philippins, jeunes pour la plupart, forment une improbable communauté, ballottée par le mouvement incessant des marchandises, prise entre la recherche d’espaces de liberté et la nostalgie de l’exil. Ainsi, pour une rare fois s’intéressera-t-on à ces marins d’aujourd’hui, protagonistes souvent éclipsés par l’imposante présence de la mer et de la machine. Au rythme des vagues, ce film, oscillant entre réalité quotidienne et rêveries éphémères, nous mène sur les chemins de l’errance, à travers le vécu et les confidences de ces hommes arpentant les limites de notre monde. À la vue des terres lointaines, visions fugitives du marin, la mélancolie se mélange doucement au désir d’aventure.

DÈS LE 24 MARS :
PS : JÉRUSALEM de Danae Élon [Isr.-Can, 2015, 87 min, DCP, VOSTF]

Malgré les avertissements de son père, Amos Elon, un grand journaliste israélien opposé aux politiques de son pays, Danae Elon décide de quitter Brooklyn avec son mari et leurs deux jeunes garçons pour retourner vivre dans sa ville natale de Jérusalem. Pendant trois ans, elle filme les défis quotidiens de sa famille. De l’apprentissage d’une nouvelle culture par ses enfants aux profondes difficultés d’intégration de son mari, en passant par la prise de conscience inévitable des tensions insurmontables au sein de la région, ce retour aux sources va devenir une véritable quête d’identité. Avec une grande sincérité, la cinéaste nous propose une chronique autobiographique, familiale et politique aussi juste qu’inoubliable.

 

DÈS LE 31 MARS :
LES ARTS DE LA PAROLE d'Olivier Godin [Qué.-Can., 2016, 93 min, DCP, VOF]

Koroviev, un policier qui enseigne la poésie au sein d'une brigade de policiers poètes, est à la recherche d'une précieuse Bible annotée par Pierre Maheu, le capitaine du Saint-Élias, un navire mythique. Sa quête l'amène à se lier d’amitié avec un jeune brigand qui lui présente une mystérieuse femme nommée Coriandre.

Projections

Cycles

Mon horaire

Connectez-vous pour sauvegarder automatiquement votre horaire pour votre prochaine visite.