11 Octobre 2011

La Cinémathèque québécoise et la Fondation Daniel Langlois ont conclu une entente permettant ainsi d’assurer la sauvegarde et l’accessibilité de la collection de la Fondation

La Cinémathèque québécoise et la Fondation Daniel Langlois sont heureux d’annoncer une collaboration historique par laquelle la Fondation Daniel Langlois pour l’art, la science et les technologies cède sa collection à la Cinémathèque, qui la préservera et la rendra accessible au public.  Ainsi, la base de données de cette collection, rebaptisée la Collection Fondation Daniel Langlois de la Cinémathèque québécoise, est désormais accessible en ligne sur le site de la Cinémathèque, permettant au public, aux étudiants et aux chercheurs de consulter les données à leur aise, à l’adresse suivante : collections.cinematheque.qc.ca/langlois.

La Cinémathèque québécoise a effectivement fait l’acquisition de l’impressionnante collection de la Fondation Daniel Langlois, constituée de milliers de documents audiovisuels, livres, monographies, catalogues, appareils, logiciels, cédéroms, DVDROMs et artefacts. Cette collection, essentiellement documentaire, est reconnue internationalement comme étant l’une des plus complètes dans son domaine. « Il s‘agit sans doute de l’acquisition la plus significative de l’année, puisqu’elle nous permet d’actualiser de manière concrète notre intérêt pour les nouvelles déclinaisons de l’image en mouvement et ainsi concrétiser l’importance des nouveaux médias dans nos collections. Un grand merci à Daniel Langlois pour sa générosité et sa confiance », a souligné Yolande Racine, directrice générale de la Cinémathèque. « C’est avec enthousiasme que je lègue une collection que je chérie particulièrement, qui contient une multitude de documents artistiques et historiques d’une importance considérable. La Cinémathèque est le lieu par excellence qui veillera à  sauvegarder et rendre accessibles tous les éléments de la collection, assurant ainsi leur pérennité», ajoute Daniel Langlois, mécène et fondateur de la compagnie Softimage et de l’Ex-Centris. Le don de la collection s’accompagne également d’un don monétaire de 75,000 $ réparti sur les trois prochaines années.

Une impressionnante collection reconnue internationalement
La collection Fondation Daniel Langlois de la Cinémathèque québécoise couvre la période de 1960 à 2010 et documente la rencontre des arts avec les technologies au cours de cette période artistique, ainsi que les multiples formes artistiques qui en résultent. La Fondation Daniel Langlois a aussi légué à la Cinémathèque la base de données cataloguant la collection, ainsi que ses archives numériques et ses sites Web associés aux arts technologiques et couvrant cette période. Au total, la collection comprend :

-    2 691 éléments audiovisuels, bandes maîtresses et copies vidéo de tous formats;
-    764 documents audio;
-    Une bibliothèque comprenant 6 834 livres, monographies, actes de colloques, essais, catalogues et périodiques spécialisés;
-    2 084 dossiers d’artistes, d’organisations et d’événements internationaux (festivals, biennales, et autres);
-    Des appareils, ordinateurs, logiciels historiques et artefacts;
-    Des cédéroms et DVDROMs interactifs, œuvres narratives et documentaires réalisées par des artistes internationaux.

Parmi les fonds d’archives importants de la collection, notons :
-    Les archives de Steina et Woody Vasulka, pionniers de l’art vidéo et du traitement analogique et numérique de l’image vidéographique, cofondateurs du Kitchen (New York) en 1971;
-    Le fonds audiovisuel de 9 Evenings of Theatre and Engineering (New York, 1966), provenant de Billy Kluver, documentant les œuvres d’artistes tels Robert Rauschenberg, John Cage, Lucinda Child, et autres;
-    Le fonds Jean-Pierre Boyer, pionnier de l’art vidéo québécois;
-    Le fonds Images du futur provenant d’Hervé Fischer, co-fondateur de ce festival multimédia montréalais;
-    Les archives de l’International Symposium on Electronic Art (ISEA), qui s’est tenu à Montréal en 1995;
-    Des photographies couleurs des dessins et d’un des cahiers de croquis du célèbre cinéaste soviétique Sergueï M. Eisenstein;
-    Des films sur Frank J. Malina, artiste cinétique et scientifique, fondateur de la revue savante Leonardo;
-    Un fonds d’archives concernant l’œuvre et les travaux de l’artiste Sonia Landy Sheridan, créatrice de l’un des premiers programmes de formation dédiés à l’expérimentation de procédés technologiques aux États-Unis.

La Cinémathèque québécoise, c’est le musée de l’image en mouvement à Montréal. Sa mission est de sauvegarder le patrimoine audiovisuel mondial en privilégiant les œuvres québécoises, canadiennes et le cinéma d’animation international pour le mettre en valeur à des fins culturelles et éducatives.

                                                                                                  - 30 –

Source : Catherine Vien-Labeaume, attachée de presse et de promotion
514 842.9768 poste 255, cvienlabeaume@cinematheque.qc.ca
Cinémathèque québécoise, 335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (métro Berri-UQAM).