Skip to contentSkip to navigation
Key Largo (VOA)
Lieu
Salle de projection principale
Date
Le 21 décembre 2022
Durée
100 min
Cycles
René Lévesque, critique de cinéma

Le recueil Lumières vives (éditions Boréal, automne 2022) contient de nombreux textes publiés dans le journal de Saint-Hyacinthe Le clairon, à un moment où René Lévesque était journaliste et aussi critique de cinéma. Ces articles passionnants ont passé l'épreuve du temps et permettent de découvrir un auteur clairvoyant, n'hésitant pas à en découdre s'il le faut et à porter aux nues, comme il se doit. La programmation permet de redécouvrir les films de 1948 qui ont marqué ce spectateur hors du commun.

Présenté par Robert Lévesque

Key Largo
Réalisé par
John Huston
Langue
VOA
Mettant en vedette
Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Edward G. Robinson, Lionel Barrymore, Claire Trevor
Pays
États-Unis
Année
1948
Durée
101 min
Genre
Drame, Film noir
Format
Numérique
Synopsis

En visite dans les îles Keys, Frank McCloud s'arrête à l'hôtel que tient la famille d'un de ses amis mort à la guerre. Le gangster Johnny Rocco s'installe dans l'hôtel en vue d'un mauvais coup. La tension monte, tandis qu'un ouragan approche... Adapté d'une pièce de Maxwell Anderson par John Huston et Richard Brooks, Key Largo est le quatrième et dernier film mettant en scène le duo mythique Bogart-Bacall.

Key Largo

John Huston

Né en 1906 dans le Missouri, John Huston est le fils unique de la journaliste Rhea Gore et de l’acteur d’origine canadienne Walter Huston. Il abandonne rapidement ses études pour entamer une carrière de boxeur, avant de s’essayer au métier de comédien dans les pas de son père. Au cours des années qui suivent, il effectue de longs séjours au Mexique et Europe, tout en commençant à écrire. Engagé à Hollywood, il signe des scénarios pour William Wyler, Raoul Walsh et Howard Hawks, entre autres, avant de passer à la réalisation en 1941 avec The Maltese Falcon, qui est un succès immédiat. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il tourne plusieurs documentaires tout en étant dans l’armée. Les œuvres majeures qu’il réalise après la guerre lui permettent de s’imposer comme un réalisateur de premier plan, tout en menant aussi une carrière d’acteur. Jusqu’aux années 1980, il bâtit une œuvre fournie, imprévisible et hétéroclite, à l’image de sa vie passionnée, partagée entre le cinéma, la peinture et les chevaux, les États-Unis, l’Irlande et le Mexique.

Explorer

Sur notre blogue

René Lévesque, chroniqueur cinéma
Oui, René Lévesque a aussi été critique de cinéma. Les films que nous projetons à l’occasion de la republication de ses textes deviennent dans ce billet de blogue le fil d’Ariane de quelques observations sur ses écrits.

« Chaque fois que la parole revient aux actes, les airs de parfait dégénéré, fauve à la fois sadique et poltron, d'Edward G. Robinson nous ramènent à la grande époque du gangstérisme, aux jours prestigieux de la prohibition, d’Al Capone et de Little Caesar ».
René Lévesque
Lumières vives. Chroniques de cinéma 1947-1949 (Éditions du Boréal, 2022)
À propos de John Huston
Filmographie (réalisateur)
Ouvrir