Skip to contentSkip to navigation
Lost Highway (VOA)
Lieu
Salle de projection principale
Date
Le 1 septembre 2023
Durée
134 min
Cycles
David Lynch : les routes de l'abîme

Du parcours kafkaïen de Henry Spencer dans Eraserhead à l’errance cauchemardesque de l’héroïne d’Inland Empire, David Lynch n’a cessé de nous entraîner hors des sentiers battus et au bord de précipices insoupçonnés. Aux routes sinueuses de la psyché humaine et de l’inconfort répondent chez lui les méandres de la déconstruction narrative et de la mise en abyme. Le cinéaste ouvre ainsi les portes de mondes parallèles qui renvoient un reflet déformé à nos attentes et mettent à l’épreuve notre passivité de spectateur. Il n’y a jamais de mauvais prétexte pour revisiter l’intégralité de cette œuvre foisonnante et en éprouver le vertige.

Lost Highway
Réalisé par
David Lynch
Langue
VOA
Mettant en vedette
Patricia Arquette, John Roselius, Bill Pullman
Pays
États-Unis, France
Année
1996
Durée
134 min
Genre
Thriller
Format
35 mm
Synopsis

Fred Madison est un saxophoniste déprimé qui habite avec sa femme Renée dans une chic maison hautement sécurisée. On lui annonce un jour à son intercom que Dick Laurent est mort, mais il ne voit personne sur ses caméras. Il se met ensuite à recevoir des cassettes VHS qui montrent sa maison de l'extérieur puis de l'intérieur et enfin il y voit Renée se faire assassiner.

Lost Highway

David Lynch

David Lynch est un cinéaste, scénariste, photographe, musicien et peintre américain. Il est l'auteur de 10 longs-métrages sortis entre 1977 et 2006, ainsi que d'une série télévisée notable, Twin Peaks, initialement sortie en 1990-91 et prolongée en 2017. Nommé aux Oscars du cinéma comme meilleur réalisateur pour Elephant Man (1980), Blue Velvet (1986) et Mulholland Drive (2001), il a reçu la Palme d'or au Festival de Cannes en 1990 pour Sailor et Lula et un Lion d'or d'honneur à la Mostra de Venise en 2006.

Photo : Josh Telles

Explorer

« Film noir schizophrénique, divagation cauchemardesque sur le thème éternel de la femme fatale, Lost Highway, bercé par les mélopées grinçantes de la bande à Trent Reznor, est une œuvre fracturée et spasmodique qui, malgré sa relative opacité, nous capture et ne nous lâche plus jusqu’à la fin. Le début du film, très lent, très dépouillé et très angoissant, est peut-être ce que le cinéaste a fait de plus beau. On pourra consulter avec profit le scénario original (édité par les Cahiers du cinéma) pour constater à quel point le film, qui joue sur une succession d’ellipses fulgurantes, lui est supérieur. Il est surprenant de voir à quel point Lynch a su renouveler et enrichir son style expressif sans changer un iota à ses obsessions habituelles. »
Vincent Ostria, Les Inrocks (1996
Distribution complète
À propos de David Lynch
Filmographie
Ouvrir