Skip to contentSkip to navigation
Lieu
Foyer Luce-Guilbeault
Admission
Entrée libre
Cycle
Cronenberg : au risque du repli

David Cronenberg a créé un monde aux dimensions multiples, posant inlassablement la question des limites de la condition humaine, qu’elle soit physique, morale, existentielle. Cette programmation est une traversée depuis les débuts montréalais dans le cinéma d’exploitation produit par Cinépix (Rabid, Shivers) jusqu’à Maps to the stars, brûlot sur le mode de vie californien actuel au sein de la jet-set. Un univers à part se met en place, de La mouche, film marquant une ascension vers un large public, jusqu’à eXistenZ, où brancher un tuyau de chair dans une fente dorsale parait aller de soi. C’est un cinéma du repli intérieur, où les êtres singuliers qui le composent ne cessent de montrer le monde sous un miroir déformant. Le présent programme rassemble tous les longs métrages du cinéaste, pour la plupart en 35 mm.

Du 3 janvier au 20 mars 2022

En écho à l'exposition House of Skin de Sabrina Ratté, et au cycle Cronenberg : au risque du repli, le Foyer Luce-Guilbeault accueillera des affiches, photos et artéfacts des collections de la Cinémathèque autour des films de David Cronenberg.

David Cronenberg

David Cronenberg est un réalisateur, acteur, producteur et scénariste canadien. Il est l'un des principaux initiateurs de ce que l'on appelle communément le genre body horror, ses films explorant la transformation viscérale du corps, l'infection, la technologie et l'imbrication du psychologique et du physique. Dans le premier tiers de sa carrière, il a exploré ces thèmes principalement à travers des films d'horreur et de science-fiction tels que Scanners (1981) et Videodrome (1983), bien que son travail se soit depuis étendu au-delà de ces genres. Les films de Cronenberg ont polarisé les critiques et le public; il a été acclamé par la critique et a suscité la controverse pour ses représentations du gore et de la violence. Ses films ont remporté de nombreuses récompenses, notamment le prix spécial du jury au Festival de Cannes 1996 pour Crash, une récompense unique qui se distingue du prix du jury car elle n'est pas décernée chaque année, mais uniquement à la demande du jury officiel, qui, dans ce cas, a décerné le prix "pour son originalité, son audace et sa témérité".

(Wikipédia)