Skip to contentSkip to navigation
L.A. Zombie (VOA)
vendredi 7 octobre 2022
à 21:00
Date
vendredi 7 octobre 2022
à 21:00
Lieu
Salle de projection principale
Date
Le 7 octobre 2022
Durée
103 min
Cycles
Bruce LaBruce : Tendre et transgressif

L’œuvre du Canadien Bruce LaBruce a été célébrée aux États-Unis, en France, ses films ont été montrés dans des festivals prestigieux, mais le cinéaste reste relativement méconnu au pays de la feuille d’érable. Cette rétrospective, la plus grande jamais organisée au Canada, permettra de prendre la mesure de l’audace et de l’exubérance de l’œuvre de LaBruce tout en déclinant toutes les variations de la sexualité à l’écran, de l’érotisme gai jusqu’à la transgression. Place à un cinéma queer subversif, jouissif et combattif qui ne laissera personne indifférent.

Défense de fumer
Réalisé par
Bruce LaBruce
Langue
Sans dialogue
Mettant en vedette
Ron Dagenais, Xavier Hamel, Notre Dame de Cuir
Pays
Canada
Année
2014
Durée
4 min
Genre
Érotisme
Format
Numérique
Synopsis

Parfois, un cigare est juste un cigare, mais pas dans ce cas. (Carte blanche réalisée pour le Festival du nouveau cinéma en 2014)

Défense de fumer
L.A. Zombie
Réalisé par
Bruce LaBruce
Langue
VOA
Mettant en vedette
François Sagat, Rocco Giovanni, Wolf Hudson
Pays
États-Unis, Allemagne
Année
2010
Durée
63 min
Genre
Horreur, érotisme
Visa
18+
Format
Numérique
Synopsis

Un sans domicile fixe psychologiquement perturbé pense qu’il est un zombie extraterrestre envoyé sur terre, à Los Angeles. Il se met alors en quête de morts à ressusciter dans la Cité des Anges et se livre à des activités homosexuelles. Ce film au rythme lent et au filmage contemplatif, presque entièrement dénué de dialogues, présente une facture délibérément âpre. Sélectionné en compétition du Festival de Locarno en 2011, il suscita des réactions polarisées.

L.A. Zombie
Prix et reconnaissances

Présenté en collaboration avec

Bruce LaBruce

Né en 1964 à Tiverton, en Ontario, Bruce LaBruce étudie la théorie du cinéma et la pensée sociale et politique à l’Université York de Toronto dans les années 1980. Il signe des critiques de films dans la revue CineAction, collabore à des magazines underground homosexuels et tourne ses premiers films en super-8 vers la fin des années 1980. Ses deux premiers longs métrages, No Skin Off My Ass et Super 8 ½, le font découvrir dans des festivals spécialisés. À partir de Hustler White, Bruce LaBruce tourne une série de longs métrages reconnaissables pour leur sexualité gaie explicite, un goût de la transgression et du pastiche de même qu’un sens de l’humour abrasif. Son association avec le producteur allemand Jüngen Brüning l’amène à réaliser quelques-uns de ses films en Allemagne. Il est aussi l'auteur de films érotiques pour adultes, notamment pour les studios Erika Lust et CockyBoys. Il tourne deux longs métrages au Québec : Gerontophilia (2013) et Saint-Narcisse (2020), produits par 1976 productions. Bruce LaBruce pratique également la photographie et l’écriture, signant, par exemple, le recueil de textes Porn Diaries (2020).