Skip to contentSkip to navigation
The Greatest Sacrifice (VOSTA)
Lieu
Salle de projection principale
Date
Le 27 octobre 2021
Durée
96 min
Cycles
Regards syriens

Depuis 2011, la Syrie captive notre attention et nous interroge : le soulèvement populaire pour la dignité et la liberté, la réponse brutale du régime Assad, les divisions et conflits intercommunautaires, puis l’exil massif de millions de Syriens et de Syriennes. Les médias diffusent des images dramatiques de la vie de ces réfugié-es traversant les mers sur des embarcations précaires et se déplaçant à pied pour se retrouver entassé-es dans des gares et des camps d’Europe de l’Est. Mais au-delà de ce spectacle de souffrance, qu’advient-il de ces personnes fuyant le conflit? Cette sélection de films retrace les différents choix - et leur absence - qui s'imposent face à la mort, aux bombardements, aux sièges, et à la famine. Ces images d'un quotidien de guerre nous confrontent aux trajectoires personnelles entre lutte contre les oppressions et tentatives de s'échapper loin des violences.

The Greatest Sacrifice
Réalisé par
Eyad Aljarod
Langue
VOSTA
Pays
Syrie, Royaume-Uni, Liban
Année
2018
Durée
96 min
Genre
Documentaire
Format
Numérique
Synopsis

Haaf et Daour vivent dans la ville de Saraqeb, en Syrie. Pendant trois ans, le réalisateur Eyad Aljarod, aussi de Saraqeb, les accompagne alors que la nature de la révolution se transforme. Au début, il capte des réunions pleines d’espoir et des conversations signifiantes, parfois poétiques, à l’intérieur ou dans un véhicule avec lequel Daour patrouille les routes à la recherche de ce qui pourrait mettre en danger ses compatriotes. Le régime Assad déclenche une politique de la terre brûlée, mais Aljarod continue de filmer, quel que soit le danger. La détermination inébranlable de son témoignage met en valeur l’espoir et l’unité de personnes en détresse, mais résolus même au péril de leurs vies.

The Greatest Sacrifice

Eyad Aljarod

Eyad Aljarod (Syrie) est né à Saraqeb et a vécu de près la révolution syrienne. Son premier film, Lovers' Notebooks, montre comment son lieu de naissance a été marqué par la révolution.