Skip to contentSkip to navigation

Joseph Losey, l'indomptable

Du 15 mai au 16 juin 2024

Vu d’aujourd’hui, le cinéma de Joseph Losey, décédé il y a quarante ans, a quelque chose d’insaisissable. Loin des tics de mise en scène et des genres de prédilection qui caractérisent bien des œuvres, celle de Losey semble hétéroclite et touche-à-tout, ce qui a pu condamner à un oubli injuste une part de sa filmographie d’envergure. Des années 1940 aux années 1980, il s’est essayé au drame psychologique, au fantastique, à la comédie, au film policier ou au film historique, avec une précision dans l’étude des caractères, une intensité émotionnelle et un sens de la mise en scène toujours renouvelés. Ami de Bertolt Brecht et anglais d’adoption après avoir été chassé des États-Unis par le maccarthysme, Losey a forgé avec patience et assurance sa vision du monde à travers une galerie de personnages disparates, mais ayant souvent en commun d’être traqués, stigmatisés ou isolés.

Le 29 mai 2024
M (de Losey)
Le 3 juin 2024
Boom
Le 4 juin 2024
Une Anglaise romantique
Le 5 juin 2024
King and Country
Le 6 juin 2024
Les damnés
Le 8 juin 2024
Le messager
Le 9 juin 2024
Don Giovanni
Le 10 juin 2024
La truite
Le 13 juin 2024
Deux hommes en fuite
Le 14 juin 2024
Cérémonie secrète
Le 16 juin 2024
Steaming

Notre blogue

Les nombreux damnés de Joseph Losey

La notion d'arbitraire semble dicter la vie et l'œuvre de Joseph Losey, tout comme le cheminement de ses protagonistes, faisant de l'oppression et de l'injustice des fils rouges dans sa filmographie.

Losey l'insaisissable

La force créative de Losey va de pair avec sa capacité à brouiller les pistes.